La situation d’Hamid et de Zohra s’est fortement dégradée cette semaine.

Il semblerait qu’attendre le résultat de la décision du tribunal qui trancherait définitivement le contentieux entre nos amis et la mairie de Gorniès ne soit pas satisfaisant pour certains habitants du village. Sans doute redoutent-ils ce résultat et cherchent-ils à décourager tout simplement Hamid et Zohra? Mais c’est sans compter sur leur pugnacité! Ils ne céderont pas… Entraide Solidarité ne cédera pas… Les soutiens qui se manifestent, tout simplement par les envois massifs des cartes postales, nous y encouragent.

Que s’est il passé?

-Tout d’abord, les services de la gendarmerie ont purement et simplement volé notre bâche placée au dessus du mobilhome.

-« On » a également volé de nuit  2 bâches qui avaient été confectionnées en remplacement de la première. La leçon a été retenue et les nouvelles bâches sont rentrées tous les soirs par Hamid et replacées au matin.

-Les drapeaux français qui décoraient le campement ont été retrouvés piétinés devant la porte du mobilhomme. Un drapeau occitan a été volé.

-Notre président a été convoqué à la gendarmerie de Ganges pour 17h et s’est vu placer en Garde A Vue jusqu’au lendemain! 15h de GAV pour 1h de déposition au sujet du mobilhome. Il a perdu une journée de travail et a passé une nuit en cellule uniquement pour exercer une pression légale sur lui et l’ensemble des bénévoles de l’association.

-« On » a coupé les fils électriques qui alimentaient une prise sur laquelle Hamid et Zohra se branchaient épisodiquement. Zohra est en déficience respiratoire et a besoin d’électricité pour recharger son appareil à oxygène…

-« On » a défoncé les boites aux lettres situées à proximité du mobilhome afin de créer un « trouble à l’ordre public ».

-Un voisin a jeté 2 briques en direction de Zohra. Elle n’a pas été touchée fort heureusement mais une des briques a occasionné un trou dans le mobilhome.

 

Vous pouvez le constater vous mêmes, la tension est grande ici à Gorniès. D’autant plus que pour tous ces actes et malgré la présence de 5 caméras positionnées sur la mairie, la gendarmerie de Ganges refuse tout simplement d’enregistrer nos plaintes!