En Cévennes cela s’appelle un « épisode cévenol ». C’est-à-dire un orage très violent avec des précipitations importantes durant un laps de temps pouvant durer plusieurs jours. Les anciens connaissaient ce phénomène et les ouvrages d’art ont été dimensionnés de façon à résister à ces épisodes. Malheureusement le bon sens d’antan a perdu du terrain mais la nature elle, reste fidèle à ses principes. Quand il pleut et bien… il pleut. Ainsi le weekend dernier a été particulièrement meurtrier notamment à Lamalou-les-Bains mais également dans le village de St Laurent le Minier qui a vu Fernand, 70 ans, ancien mineur, se faire emporter par les flots.

Entraide Solidarité a été contacté par un de ses bénévoles voisin de la commune et c’est dans l’urgence qu’une équipe de l’association est allée prêter ses bras et son matériel aux sinistrés. L’urgence consistait tout d’abord à dégager les axes de circulation afin de faciliter les déplacements et l’accès aux personnes bloquées dans leur domicile. La ville semblait avoir subi un bombardement tellement la vision des rues jonchées de matériels divers ensevelis dans une gangue de boue paraissait apocalyptique. La population s’organisait sous la direction d’un conseiller municipal et l’accueil réservé à notre équipe fut plus que chaleureux. Il est vrai que nous, n’ayant rien perdu dans cette tragédie, notre moral ainsi que notre énergie au beau fixe mettaient du baume au cœur des sinistrés. Les habitants nous ont posé beaucoup de questions sur le pourquoi de notre intervention à leurs cotés mais bien vite la boue a fondu tout le monde dans une même cohésion.

Tout le village réunit pour faire face

Tout le village réuni pour faire face

Les moments de pause autour d’un café ou d’un verre de vin ont été des moments forts où les sinistrés ont pu « se lâcher » et vider leur sac suite à la catastrophe qu’ils ont vécu. Des bras et de l’écoute…

Les bénévoles du village avaient organisé un PC où chacun pouvait venir chercher des habits, de la nourriture apportés par le voisinage, selon ses besoins. La solidarité est une valeur qui a du sens dans ces montagnes. Il est apparu que les villageois manquaient cruellement de bougies. En effet, l’électricité ayant sauté, les soirées dans le noir étaient particulièrement sinistres. Le conte de la petite marchande d’allumettes d’Andersen nous est venu immédiatement à l’esprit et nous avons donc organisé une collecte dans les villages alentours en demandant de déposer des bougies dans les boulangeries. Un bénévole de l’association à Montpellier a réussi à nous dégoter un stock de 1248 bougies que nous avons acheté à un prix raisonnable. Nous les avons apportées à St Laurent et avons fait du porte à porte pour les distribuer. Cela semble n’être pas grand chose mais un peu de chaleur et de lumière fait toujours du bien quand on est dans une situation de détresse.

Les cartons de bougies

Les cartons de bougies

Nous avons rencontré le maire qui évaluait les dégâts de ses administrés. Beaucoup d’entre eux ont décidé de quitter leur maison et de partir momentanément du village. Certains ont tout perdu… D’autres ne reviendront jamais au village… Quelques uns n’ont pas la possibilité matérielle de s’en aller et font comme ils peuvent…

En discussion avec le maire M. Rouanet

En discussion avec le maire M. Rouanet

L’urgence est passée maintenant. Le « plus gros » a été fait. On peut circuler dans les rues. Le terrain de foot est complètement foutu puisqu’il sert de décharge publique. Les curieux peuvent observer les carcasses des voitures emportées à plusieurs kilomètres dans le lit de la Vis. Complètement broyées. Le corps de Fernand, disparu depuis une semaine, vient d’être retrouvé sur une berge. Qu’il repose en paix…

Les carcasses broyées

Les carcasses broyées

Il est temps de passer à la deuxième phase et il est temps pour nous de retourner à St Laurent pour montrer à ses habitants que nous sommes toujours à leur coté et que nous serons encore présents pour les aider à panser leurs plaies. Nous avons d’ores et déjà pris contact avec la municipalité afin d’organiser des journées de nettoyage des rives. Car c’est là le point crucial de ces inondations. Des rives nettoyées évitent la formation de ce que l’on appelle les embâcles. C’est à dire un écran composé de branches et d’arbres qui s’accumulent au niveau des ponts et détournent ainsi les flots hors du lit naturel des rivières. Des dates ont été proposées, nous avons passé commande de matériels divers (tronçonneuse, chaînes, huile, gants, bottes…). La pluie qui se remet à tomber doit provoquer un pincement au cœur à ces familles sinistrées. Les bénévoles d’Entraide Solidarité feront leur maximum, c’est promis!

Pour que, malgré l’adversité, St Laurent le Minier retrouve le sourire.

Un de nos bénévoles à pied d'oeuvre

Un de nos bénévoles à pied d’oeuvre

P1020717

On dégage les rues encombrées

Pas de télé ce soir!

Pas de télé ce soir!

 

Pour soutenir financièrement nos bénévoles