La France est une terre d’accueil pour tous les opprimés de la Terre”, voilà ce que les autorités morales nous ressassent jour après jour en Cévennes. Force est de constater que ce principe n’est pas valable pour toutes les catégories d’opprimés. C’est notamment le cas de Hamid et Zohra, un couple de harkis, résidant à Gorniès dans l’Hérault. Pour le maire Hans Mettler, d’origine suisse allemande, “humaniste” patenté et membre de l’Armée du salut, Hamid et Zorah, dont l’engagement patriotique, est connu de tous n’ont pas le profil type du « bon » immigré.

Locataires d’un logement appartenant à la mairie, ils viennent d’être expulsés manu-militari, par un huissier escorté d’une vingtaine de gendarmes mobiles, au prétexte qu’ils ne seraient pas à jour dans le règlement de leur loyer. En réalité, Hamid et Zorah sont parfaitement en règle et c’est la mairie de Gorniès qui refusait d’encaisser les loyers que versait la CAF de Montpellier.

Le maire de Gorniès, dans sa précipitation d’expulser avant la date fatidique du 15 octobre, quand débute la trêve hivernale, n’a pas tenu compte de deux échéances judiciaires des 5 et 15 octobre qui devraient donner définitivement raison à Hamid et Zohra. Ajoutons que Zorah est sous assistance respiratoire et que le matériel médical était hier soir sous la pluie tout comme le couple, en robe de chambre et pantoufles, les deux camions de déménagement frétés par la mairie ayant emporté dans un local de l’administration à Montpellier toutes les affaires des deux expulsés hormis celles qu’ils avaient sur le dos.

Le jour même de l’expulsion, les membres de l’Association France Solidarité-Entraide Solidarité ont apporté leur soutien aux deux démunis en même temps que des victuailles, vêtement chauds, sacs de couchage ainsi qu’un barnum aussitôt installé pour abriter une cuisine de fortune. Le colonel Francis Hamilton (ancien officier d’active en Algérie) président du Comité de soutien, malgré ses 80 ans, est venu de Paris pour rejoindre les infortunés à Gorniès et passer quelques jours sous la tente avec eux.

Diverses actions de soutien sont actuellement prévues qui seront médiatisées en leur temps et en particulier l’organisation sur place d’un rassemblement de soutien sur place.

D’ores et déjà on peut manifester courtoisement son indignation auprès de la mairie de Gorniès en téléphonant ou en envoyant des mails :

Tel : 04 67 73 93 29
Fax : 04 67 95 42 33
Mail : mairie.gornies2@wanadoo.fr