M. le Maire,

C’est avec colère que j’ai appris l’expulsion de leur logement de Hamid et Zohra, deux Harkis, ces Algériens qui ont choisi de défendre la France lors de la guerre d’Algérie. Des dizaines de milliers d’entre eux l’ont payé de leur vie lorsque l’Algérie a été abandonnée aux terroristes du FLN. Ceux qui ont pu venir en France ont néanmoins tout dû quitter : terre, biens, familles et amis. Vous qui militez à l’Armée du Salut, ne voyez-vous pas que votre décision d’expulsion rappelle, même sous une forme moins tragique, le martyre des Harkis en 1962 ?

Le prétexte pour l’expulsion était, selon vous, que le couple n’était pas à jour dans le règlement de son loyer. Or, vous êtes bien placé pour savoir que c’est faux, puisque la mairie de Gorniès, que vous administrez, a refusé les règlements de la CAF de l’Hérault. Si Hamid et Zohra ne sont pas à jour dans leurs paiements, c’est donc votre mairie qui en est responsable !

Cette expulsion, exécutée par une vingtaine de gendarmes mobiles, est d’autant plus choquante que Zohra est sous assistance respiratoire. Si elle n’avait pas gardé avec elle sa bonbonne d’oxygène, celle-ci serait partie, comme tout le reste des affaires du couple, dans un local situé à Montpellier, à soixante kilomètres de Gorniès !  Et sans l’aide de l’association « Entraide et Solidarité », dont je m’associe à la démarche, elle serait restée sous la pluie. Cette association a en effet apporté au couple de quoi dormir, se vêtir et manger en attendant de retrouver son logement. Le colonel Francis Hamilton, officier d’active durant la guerre d’Algérie, est même venu passer plusieurs jours sous leur tente, malgré ses 79 ans.

Mais cela ne suffit évidemment pas. L’automne se poursuit, et Hamid et Zohra ne peuvent toujours pas habiter dans leur appartement alors qu’ils ont toujours été à jour de loyer.

Je vous demande donc, M. le Maire, de réintégrer Hamid et Zohra dans leur logement, et de mettre un terme aux vexations dont ce couple a été jusqu’à présent victime par votre faute.

 

Signez la pétition